Conseils pratiques pour optimiser l'arrosage de la pelouse

Une pelouse bien dense, cultivée dans un sol riche en matière organique et non compacté, régulièrement fertilisée mais sans excès, peut tolérer sans graves dommages une période de sécheresse d’environ trois semaines lorsque les températures restent modérées (moins de 25 °C en journée, moins de 18 °C la nuit).
D’une manière générale, les graminées du gazon jaunissent dès que les épisodes de forte chaleur se prolongent, mais elles finissent par reverdir après le retour des pluies. On peut considérer ce phénomène comme « normal », mais  sachez qu’une « pelouse paillasson » souffre et se fragilise, notamment en perdant de sa densité et même en pelant par endroit. Alors, même si l’objectif n’est pas forcément de conserver un tapis végétal bien vert toute l’année, l’arrosage s’avère indispensable par temps sec pour maintenir la qualité intrinsèque de la pelouse et lui assurer une bonne longévité.

L'arrosage des pelouses établies

Pour qu’elle reste bien verte, la pelouse a besoin de 3 à 5 litres d'eau par mètre carré à chaque arrosage en cours de croissance et environ 10 litres durant les fortes chaleurs estivales. S’il ne pleut pas, vous devez apporter cette eau sous forme d’arrosage. Hormis dans les sols très poreux (sableux), n’arrosez pas trop fréquemment (une fois par semaine lorsque la température est inférieure à 25 °C, deux fois par semaine entre 25 et 28 °C, tous les deux jours s’il fait plus de 28 °C), mais abondamment, pour que l'eau s'infiltre jusqu'à 10 à 15 cm de profondeur dans le sol.

À l’inverse dans les sols très drainants (peu adaptés à l’établissement des pelouses il faut le souligner), les arrosages doivent être deux fois plus fréquents, apportés en pluie fine et en quantité moindre afin que l’eau ne percole pas et risque de disparaître rapidement en profondeur sans avoir abreuvé le gazon.

Dans ces conditions de sol « normales », un arrosage fréquent et à faible dose, favorise le développement superficiel des racines. Cela entraîne leur dessèchement rapide dès les premières chaleurs.

Par temps de canicule, le fait de sur-irriguer dans l’espoir de maintenir la pelouse bien verte est inutilement coûteux, néfaste pour le gazon qui se montre alors plus sensible aux attaques parasitaires et chronophage car la croissance est stimulée et il faut donc tondre plus souvent.

L'arrosage d'une pelouse semée récemment

Durant toute sa première année, un jeune gazon a besoin de plus d'eau et d'engrais (sans excès) qu’une pelouse adulte. Mais c’est au cours de cette période que les touffes de graminées développent leur système racinaire et s’établissent de manière définitive. Il est donc nécessaire de les « endurcir » ce qui les contraindra à produire un système racinaire plus profond. N’arrosez qu’après 15 jours sans pluie au printemps et 10 jours en été, mais en grande quantité (de 8 à 10 l/m2). Et un bon conseil : n’apportez jamais d’engrais sur une pelouse sèche.

À quel moment de la journée faut-il arroser ?

La période optimale d’arrosage de la pelouse (et du jardin en général) varie au fil de la saison :

  • Au printemps (de fin mars à mi-mai) et en automne (du 15 septembre à fin octobre) arrosez en milieu de matinée. Cela va permettre à la pelouse de bien s’imbiber et de se ressuyer (se débarrasser de l’eau superficielle) assez rapidement. C’est important car une plante (y compris le gazon) qui demeure mouillée durant plusieurs heures et notamment la nuit, se montre plus sensible aux attaques cryptogamiques (maladies).

  • En été (de mi-mai à mi-septembre), l'arrosage durant la journée n'est pas recommandé car l'eau froide distribuée par le réseau crée un effet « douche écossaise » sur la pelouse (idem pour toutes les plantes du jardin) déjà réchauffée par le soleil. Attention aussi à l’effet inverse avec des tuyaux qui ont été exposés au soleil toute la journée et dont l’eau qu’ils contiennent peut être très chaude, voire brûlante. Veillez donc à dissimuler le système de distribution d’eau sous un paillis, le long des haies ou dans les massifs, ce sera aussi plus esthétique. Pour l’arrosage de la pelouse, un système enterré est idéal.

Notez aussi que l’évaporation naturelle est toujours plus intense en cette saison, d’où une grande déperdition de l’eau, c’est-à-dire du gaspillage et un arrosage inefficace. Arrosez tard en soirée ou même en pleine nuit (il suffit de raccorder le système d’arrosage à un programmateur).

Par temps de canicule, il est bon de prévoir un arrosage en deux temps. Un tiers de la quantité d’eau à distribuer, diffusé juste en fin de journée pour rafraîchir les plantes qui ont été agressée par la chaleur excessive et les deux-tiers au milieu de la nuit (entre 2 et 4 heures du matin) pour bien imbiber le sol et que la pelouse puisse en profiter à 100 %.

Comment calculer facilement le temps d’arrosage optimal ?

Hormis les minuscules pelouses de certains jardins urbains qui peuvent humidifiées efficacement avec un arrosoir, ce qui permet d’avoir une bonne idée de la quantité d’eau distribuée, on utilise le plus souvent un arroseur pour distribuer l’eau sur le gazon.

D’une manière purement arithmétique, il suffit de diviser le débit par la surface pour connaître la quantité d’eau fournie. Pour calculer le débit d’eau dont vous disposez, il faut mesurer le temps nécessaire pour obtenir un volume donné.

En pratique, placez sous le robinet un seau ou un arrosoir de 10 l de contenance et, avec le chronomètre de votre smartphone, vérifiez le temps de remplissage. Puis effectuez l’opération suivante : 3 600 (nombre de secondes dans une heure) x 10 (contenance du récipient) divisé par le temps de remplissage. Par exemple si votre seau de 10 litres a mis 24 secondes pour se remplir, vous obtenez : 3 600 x 10 /24 = 1 500, soit 1,5 m3/h.

Il suffit ensuite de diviser ce volume d’eau par la surface couverte par votre arroseur (elle est toujours indiquée sur l’emballage et sur le mode d’emploi du produit) pour savoir combien de temps vous devez laisser fonctionner l’appareil. Si l’on reste sur notre exemple d’un débit de 1 500 l/h et que notre arroseur couvre 250 m2, on obtient une quantité d’eau délivrée de 6 l/m2/h. Il suffit donc d’arroser 50 minutes pour distribuer les 5 l d’eau par mètre carré (5 x 60 : 6) qui constituent la dose optimale.

Il y a encore plus simple avec les compteurs d’eau électroniques que l’on branche sur un robinet, une pompe ou un tuyau (on les trouve souvent sous le nom « Aquamètre »), certains mesurent à la fois le débit d'eau en temps réel, la consommation d'eau la plus récente, la moyenne quotidienne sur 7 jours, la totalité d’eau utilisée. Cet accessoire permet de bien gérer les consommations et aide à mieux respecter les restrictions d'eau locales.

Quelques conseils pour économiser l'eau et avoir une belle pelouse

  • Tondez fréquemment la pelouse pour favoriser un enracinement puissant et en profondeur qui puisera plus efficacement l'eau conservée dans le sol. Une couverture végétale dense réduit l'évaporation de l'eau en surface et conserve donc naturellement l’humidité pendant plus longtemps (effet paillis).

  • Pour diminuer la déshydratation de la pelouse après la tonte, assurez-vous du bon affûtage de la lame de votre tondeuse. En effet, une coupe nette des brins de gazon réduit les pertes hydriques par rapport à une plaie effilochée qui nécessite plus d’énergie de la part de la plante pour sa cicatrisation.

  • Réglez la hauteur de coupe à 5 cm au printemps (avec un robot vous pouvez descendre à 3 cm) et lors des dernières coupe d’automne. Tondez à 7 ou 8 cm de haut lors des périodes sèches et chaudes pour que les brins de gazon s’ombragent les uns les autres, ce qui réduit les déperdition d’eau par évapotranspiration.
  • Pratiquez la tonte mulching en été, les brins d’herbe hachés par la tondeuse et redéposés au cœur des touffes de gazon leur restituent les quelque 90 à 95 % d’eau dont ils sont constitués. Ils créent aussi tout naturellement un « effet paillis ».


  • Couvrez uniformément la surface de la pelouse d’un centimètre de compost à la fin du printemps avant les premières chaleurs, en utilisant un épandeur. Vous allez ainsi stimuler l’activité des micro-organismes utiles et notamment des mycorhizes qui contribuent à rendre les plantes plus résistantes à la sécheresse. Par ailleurs, cette couche organique améliore la rétention d’eau, rendant ainsi l’arrosage plus efficace.

Une règle toute simple pour se faciliter le quotidien

Pour simplifier encore, vous pouvez appliquer de mai à septembre, la règle du « 10 x 10 », soit 10 litres d'eau par mètre carré tous les 10 jours. Dans les régions humides, placez un pluviomètre dans un endroit dégagé du jardin afin de vérifier la quantité d’eau tombée du ciel. Sachez qu’un millimètre correspond à un litre par mètre carré. Il suffit donc que le pluviomètre soit rempli d’un centimètre d’eau en 10 jours pour ne pas avoir à arroser. Bien sûr cette règle n’est qu’une moyenne et l’arrosage doit être modulé en fonction de la capacité de rétention en eau du sol et la température ambiante.

Quel type d’arroseur utiliser pour l’arrosage de la pelouse ?

Cela peut sembler évident, mais lors de la réalisation d’un jardin, il faut commencer par se soucier de disposer d’arrivées d’eau extérieures avec robinets, bien disposées et en nombre suffisant. Il faut aussi prévoir une vidange pratique du système pour le mettre hors gel en hiver.

L’installation la plus simple consiste à raccorder le robinet à un tuyau (avec un « nez de robinet », qui lui-même sera relié à un arroseur grâce à des raccords automatiques (toutes les marques sont compatibles entre elles). Évitez une exposition permanente au soleil des raccords en plastique, les rayons ultraviolets étant néfastes aux résines de synthèse.

Choisissez un tuyau haut de gamme, renforcé de plusieurs couches de fibres synthétiques tricotées. Cela augmente la rigidité, ce qui évite la formation de coudes et de hernies. Si vous disposez d’une pression correcte (3 bar minimum), un tuyau de 19 mm de diamètre est préférable au très classique 15 mm car il offre un meilleur débit.

Pour une pelouse carrée ou rectangulaire jusqu’à 300 m2, les arroseurs oscillants conviennent bien, d’autant qu’ils distribuent l’eau en pluie fine. Sur certains modèles, il est possible de délimiter la surface arrosée avec une bonne précision en obturant certaines buses.

On utilise plus couramment les arroseurs canons ou cracheurs pour arroser les pelouses car ils peuvent couvrir une grande superficie (jusqu’à 700 m2). Ils travaillent sur des cercles ou des fractions de cercle et nécessitent une pression minimale de 3 bars pour bien fonctionner.

Quelques précieux conseils pratiques

Veillez à la bonne stabilité de votre arroseur et à sa position. Sous l’effet de la pression il peut être déséquilibré s’il n’est pas fixé à un socle solide ou planté dans le sol. Il suffit de poser une brique ou une grosse pierre sur le chariot pour le maintenir. Cette précaution est très importante si vous programmez l’arrosage durant votre absence. Attention aussi : l’arroseur doit être positionné de niveau afin que la répartition de l’eau soit homogène sur toute la zone couverte.

L’arrosage automatique ou la tranquillité assurée

C’est à coup sûr la solution à préconiser car vous allez gagner du temps et surtout pouvoir vous absenter sans souci. L’automatisation la plus simple consiste à brancher un programmateur électronique sur un robinet et à le coupler à un arroseur. Même sur les modèles les plus simples, la programmation se règle à la minute près et selon la fréquence désirée. Si vous ne disposez que d’un seul robinet pour répartir l’eau dans tout le jardin, il est indispensable de sectoriser les zones d’arrosage. Reliez chaque arroseur à un tuyau (si possible de couleur différente pour mieux repérer chaque réseau) et réunissez les tous à un sélecteur automatique. Cet accessoire permet d’alimenter l’un après l’autre jusqu’à 6 réseaux indépendants. Il suffit de le relier à un programmateur qui accepte autant de programmes qu’il y a de réseaux.

L’installation d’arrosage enterré est à l’arrosage ce que le chauffage central est au poêle à bois. Il s’agit de répartir dans le jardin un réseau complet de tuyaux enterrés, reliés à des arroseurs escamotables ou posés sur perche. Tout fonctionne automatiquement selon des réseaux programmés sur une centrale qui commande des électrovannes.

C’est assez onéreux car il faut prévoir des tranchées (30 cm de profondeur), vous pouvez louer une trancheuses à godets (rapide et efficace) et tout le matériel, mais on s’y retrouve à la longue avec une économie de temps considérable. Même si les systèmes se sont simplifiés (beaucoup ne nécessitent même plus aucun outil pour effectuer les raccordements), il n’est pas toujours bien évident de créer l’installation soi-même.

Le plus efficace consiste à confier le travail à une entreprise spécialisée qui établira sur informatique le plan précis et la liste détaillée du matériel nécessaire à votre système d’arrosage. Si vous pensez refaire votre pelouse prochainement, prévoyez d’y intégrer un arrosage automatique, vous ne le regretterez pas.

Ces installations peuvent se sophistiquer avec l’adjonction d’un coupe-circuit relié à un pluviomètre. L’arrosage ne se met plus en route si les précipitations ont été suffisantes.

 

Pour plus de trucs, astuces et autres bons conseils pour l’entretien et la vie de votre jardin retrouvez nous sur notre page Facebook.

Articles connexes sur Tendances et conseils
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Novembre

Patrick Mioulane vous a, comme à son habitude, préparé un calendrier d’entretien de la pelouse mensuel. Au programme du mois de novembre, un peu de repos bien mérité après une année à s’occuper du gazon. Suivez le guide !

EN SAVOIR PLUS
À quoi ressemblera le jardin en 2022 ?

Doucement mais sûrement, 2021 touche à sa fin. Pour préparer au mieux l’année prochaine, découvrez dès maintenant toutes les tendances au jardin en 2022.

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Octobre

Comme tous les mois, faites confiance à Patrick Mioulane, notre spécialiste du jardin, pour vous préparer un calendrier d’entretien du gazon. Il vous dit comment prendre soin de votre pelouse en octobre.

EN SAVOIR PLUS
Les espèces nuisibles au jardin

Si certains animaux sont très utiles au jardin pour vous débarrasser des espèces nuisibles sans utiliser de pesticides, qu’en est-il de ces nuisibles qui s’attaquent au potager et aux massifs ? On vous dit tout sur ces parasites.

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Septembre

Ça y est, les vacances sont terminées et la rentrée est arrivée, y compris au jardin ! Comme à son habitude, notre journaliste spécialiste du jardin Patrick Mioulane vous liste les choses à faire pour vous occuper de la pelouse en septembre.

EN SAVOIR PLUS
Les animaux utiles au jardin

Vous souhaitez jardiner de manière plus écologique en vous débarrassant des pesticides tout en protégeant vos plantes et pelouses des espèces nuisibles ? On vous explique en quoi les animaux qui peuplent le jardin peuvent vous aider. Chaque espèce joue un rôle important dans la biodiversité de notre environnement extérieur.

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Août

Le mois d’août n’est pas le mois le plus agréable pour s’occuper de la pelouse. Entre sécheresse, dormance estivale et croissance ralentie, le gazon mérite aussi des vacances. Heureusement, notre expert Patrick Mioulane vous donne toutes ses astuces pour prendre soin de la pelouse au mois d’août.

EN SAVOIR PLUS
Share on Facebook Share on Linkedin
Recherche propulsée par ElasticSuite
Mesurez la taille de votre jardin
Dessinez la superficie de votre jardin sur la carte et trouvez les produits les plus adaptés.
Zoomez sur votre propriété. Cliquez ou appuyez pour tracer un chemin autour de votre jardin afin de mesurer la superficie.