Pourquoi et comment greffer ? Découvrez l’écussonnage [2/2]

Patrick Mioulane vous propose chaque mois de découvrir la tâche jardinière à effectuer. Parce que le jardin évolue et a besoin d’entretien tout au long de l’année, ne passez pas à côté des conseils avisés de notre expert du jardin.

La greffe en écusson à œil dormant

C’est la technique de greffage pratiquée en été par les professionnels (surtout pour les rosiers et les fruitiers, mais aussi de nombreuses plantes d’ornement) parce qu’elle est rapide, fiable et limite le stress sur les plantes en raison d’une toute petite plaie.

On parle de technique à « œil dormant », car le développement de la jeune pousse à partir du greffon n’interviendra qu’au printemps suivant. Cela permet à la greffe de mieux résister à son premier hiver (elle est en dormance), mais également à la soudure de mieux se consolider.

L’écussonnage consiste à insérer un œil (un bourgeon) que l’on nomme l’écusson, sous l’écorce du porte-greffe. Ce dernier est un jeune plant, son diamètre maximum ne devant pas excéder 2 cm.

La greffe en écusson se pratique surtout sur les rosiers, les arbres fruitiers et les agrumes.
L’écussonnage se pratique en général « en pied », c’est à dire à quelques centimètres au-dessus du collet (la partie qui sépare la tige de la racine). Le principal inconvénient de cette méthode est d’imposer une position inconfortable au greffeur, qui ne travaille jamais de face, mais au-dessus de la plante. Pour vos premiers essais, il serait judicieux d’opérer sur des porte-greffes plantés en pots, afin de travailler plus à l’aise. N’hésitez pas à poser deux écussons par plante. À l’opposé l’un de l’autre et légèrement décalés en hauteur.

  • Commencez par nettoyer la base du porte-greffe avec un chiffon humide. Choisissez pour le greffage une partie lisse ne présentant pas de nœud.
  • Avec la lame d’un greffoir bien désinfecté et affûté, entaillez horizontalement l’écorce sur 2 cm de largeur, puis verticalement sur 3 à 4 cm de hauteur, de manière à former un T.
    Les greffons sont prélevés sur des rameaux de l’année (des jeunes pousses) déjà bien aoûtés, c’est-à-dire commençant à présenter une texture assez dure (ligneuse). Les rameaux greffons doivent être bien sains (pas d taches, pas de présence de parasites) et ne pas porter de fleurs ou de fruits.
  • Pour prélever l’écusson, utilisez la pointe du greffoir. Incisez l’écorce à environ 1,5 cm de part et d’autre d’une feuille.
  • Faites glisser doucement, mais régulièrement, la lame sous l’écorce dans un mouvement de bas vers le haut, sans creuser dans la tige. Maintenez l’écusson en le tenant par le pétiole après avoir coupé le limbe de la feuille.
  • Retournez votre greffon pour éliminer la petite portion de bois qui est restée attachée. Vérifiez aussi que l’œil situé à la base du pétiole de la feuille n’est soit pas abîmé.
  • Avec la spatule du greffoir, soulevez l’écorce du porte-greffe de part et d’autre de la fente verticale. Toujours en tenant l’écusson par le pétiole, faites-le pénétrer sous l’écorce jusqu’au bas de l’incision du porte-greffe.
  • Coupez la partie supérieure du greffon au niveau de la barre horizontale du T du porte-greffe pour que les deux cambiums (parties vertes) situées sous l’écorce se trouvent bien en contact l’une avec l’autre. Ce sont ces tissus qui vont se souder et assurer la reprise de la greffe.
  • Ligaturez avec du raphia humide (ou un ruban à greffer biodégradable), mais non détrempé, en recouvrant totalement les entailles pratiquées mais en laissant l’œil et son pétiole apparents. Nouez solidement l’extrémité du lien à l’opposé de l’écusson.
    Il existe aussi des attaches en caoutchouc biodégradable qui se fixent avec une agrafe (Vitagreff). Ils sont plus rapides et plus faciles à mettre en place, mais on ne les trouve que rarement dans les jardineries (en revanche les propositions sont nombreuses sur Internet).

La greffe est réussie lorsque le pétiole qui accompagne l’œil tombe naturellement environ 15 jours après l’opération. Vous libérerez la greffe du raphia une ou deux semaines plus tard, en le coupant à l’opposé de l’écusson d’un trait avec la pointe du greffoir.

 

Les plantes que l’on peut écussonner

Outre les rosiers et les arbres fruitiers qui constituent les principales essences couramment multipliées par greffage en écusson à œil dormant, vous pouvez également pratiquer cette technique sur : cerisier à fleurs, érable, bouleau, cytise, gleditsia, lilas, pommier d’ornement, robinier, sophora, tilleul, etc.

 

Les soins après le greffage

S’il fait très chaud, arrosez chaque soir (avec un asperseur ou un arroseur oscillant) afin de rafraîchir les plantes greffées et d’entretenir une hygrométrie bénéfique.

À la fin de l’hiver, vous raccourcirez la tige du porte-greffe en taillant à 10 à 15 cm au-dessus de l’écusson. Ce chicot, appelé « onglet », vous servira à palisser la jeune pousse lors de son développement au printemps. Elle se montre sensible au vent et, non attachée, elle pourrait être cassée par un oiseau.

Dès le début du printemps, vous supprimerez les yeux ou les jeunes pousses qui se forment sur le porte-greffe, entre le sol et la greffe, ou sur l’onglet.

Share on Facebook Share on Linkedin
Recherche propulsée par ElasticSuite
Mesurez la taille de votre jardin
Dessinez la superficie de votre jardin sur la carte et trouvez les produits les plus adaptés.
Zoomez sur votre propriété. Cliquez ou appuyez pour tracer un chemin autour de votre jardin afin de mesurer la superficie.