Magazine

Dossier: Ça mousse dans votre jardin

L’édito de Patrick Mioulane : « La mousse, une alliée parfois inattendue »

Nouvelle rentrée, nouveau dossier consacré à la mousse pour le magazine STIGA ! En effet, le mois de septembre remet le jardin en forme. La végétation apprécie la fraîcheur nocturne, de même que le retour des précipitations. Il n’en faut pas plus pour que les pelouses reverdissent et reprennent leur croissance de la plus naturelle des façons…

 

 

Le moment idéal pour créer sa pelouse

 

Bien imbibée, la terre favorise la germination du gazon ; une pelouse semée en septembre sera plus homogène Le début de l’automne signe la fin du cycle des plantes annuelles et les « mauvaises herbes » entrent en dormance. Le gazon a donc le temps de coloniser le sol d’ici le printemps.

 

Cure de Jouvence pour pelouse fatiguée

 

Les touffes de graminées qui composent le gazon (ray-grass, fétuques, pâturin, agrostide, etc.) croissent aussi en largeur, d’où l’aspect dense et dru de la pelouse. Au fil des mois, les parties anciennes jaunissent et meurent. Elles forment une couche compacte, le feutrage, qui gène la circulation de l’air et de l’eau. Conséquence : le gazon jaunit et la mousse prolifère. Vous pouvez vous en débarrasser, à condition de comprendre pourquoi elle s'est installée !

 

La scarification y remédie en griffant superficiellement la pelouse avec un scarificateur. Or, cet outil est trop souvent absent de la panoplie des jardiniers français. Mais il est indispensable à votre pelouse. Découvrez tous nos conseils pour l'utilisation optimale du scarificateur. Les différents types de scarificateur, comment s'en servir, à quel moment... On scarifie environ deux fois par an (au milieu du printemps et au début de l’automne). Alors, acheter un scarificateur ou le louer ? On vous donne les conseils pour savoir si la location vaut mieux que l'achat en fonction de votre jardin en fonction de votre fréquence d'utilisation.

 

 

De l’humidité favorable à la mousse

 

Avec les précipitations automnales vient le temps des champignons… et des mousses. Ces plantes primitives sans racines, ni vaisseaux conducteurs de sève, ne fleurissent pas. Il en existe de différentes espèces, formes, et elles ont toutes des propriétés particulières ! Des bonnes et des nocives, des jolies et moins jolies, des mousses dans l’herbe et sur les arbres... Les mousses (bryophytes) colonisent les zones humides et riches en matière organique, appréciant les pelouses feutrées, les sols acides et ombragés. La mousse se propage vite (surtout en hiver) et remplace le gazon. Mais elles n'ont également pas que des effets négatifs. On vous explique également pourquoi dans ce dossier.

 

Terminons sur de bonnes nouvelles. Si elle ne colonise pas la pelouse, mais habille des éléments d’architecture ou de décoration du jardin : pierre, clôture, statue, muret, etc., la mousse crée une parure vivante. Dans de rares cas, tel le fameux jardin Saiho-Ji (Kokadera) de Kyoto au Japon, elle constitue même le végétal principal. Découvrez diverses façons d’utiliser la mousse à des fins décoratives dans notre article Bon Plans, pour orner l'extérieur ou l'intérieur. Enfin, ne laissez pas la mousse se développer sur vos dallages, même si c’est très joli, car elle les rend particulièrement glissants par temps de pluie.

Journaliste, photographe, écrivain, Patrick Mioulane est jardinier par vocation et botaniste par conviction.

keyboard_arrow_right En savoir plus

Produits cités dans cet article

Accessoires

Articles similaires