Savoir choisir et faire son bois

Le chauffage au bois, c’est agréable, économique et écologique ! Mais comment choisir la forme la plus adaptée à votre installation : sacs de pellets, buches en 30, en 50 ou en 100, chêne ou charme ? D’ailleurs faire son bois n’est somme toute, pas si compliqué. Il suffit de s’équiper pour le couper et le faire sécher …

Bien choisir son bois de chauffage

 

Se chauffer au bois rime aujourd’hui avec un chauffage écologique et un confort douillet. Le bois de chauffe revêt désormais des présentations variées adaptées à chaque type d’installation.

Les pellets, sortes de granulés de bois, alimentent des poêles et chaudières mixtes ou exclusivement conçus pour eux. Très pratiques d’utilisation car conditionnés en sacs légers, ils permettent une alimentation en continu, même s’ils n’ont pas le charme du feu de buches.

 

Les briquettes sont quant à elles des buches reconstituées. Elles s’utilisent comme une buche classique. Voici quelques conseils pour augmenter la durée de combustion des briquettes tout en profitant de leur pouvoir calorifique.

 

  • Allumez toujours vos briquettes par une extrémité, tirage ouvert au maximum.
  • Après quelques minutes, réduire le tirage de moitié.
  • Dès embrasement complet, réglez le tirage au minimum.
  • Ne pas intervenir avec un tison, les briquettes doivent brûler d’elles-mêmes.
  • Ne pas trop charger votre foyer : 2 à 3 briquettes suffisent au démarrage puis ajouter 1 bûche au fur et à mesure de la combustion.
 
Les buches de bois de chauffe sont caractérisées par leur dimension et leur type d’essence de bois. Choisissez une dimension juste inférieure à l’ouverture de votre cheminée, insert ou poêle, 33 cm, 50cm ou 60cm. Pour bien brûler, le bois doit être sec et coupé depuis deux ans ou moins.

 

Quelles différences entre les types de bois de chauffe ?

 

Les bois nobles et les plus calorifiques sont le chêne, le charme, le hêtre ou encore le noyer ou le frêne. Le bouleau est un bois très calorifique mais qui tient moins longtemps. Le châtaignier éclate en brûlant. Il sera réservé aux foyers fermés (poêles et inserts). Le peuplier n’est pas un bois de chauffage de qualité.

Les résineux ont la réputation d’encrasser les conduits. Une cheminée récente et efficace, ramonée régulièrement peut cependant accepter sans soucis des buches de pin et sapin. Il existe une norme NF mais tous les bois de chauffage ne sont pas normalisés.

 

Faire son bois, pourquoi pas ?

 

La quantité de bois de chauffe nécessaire chaque année est variable selon la taille de l’habitation, son isolation et selon que vous êtes frileux ou pas ! On estime qu’elle varie de de 5 à 15 m3 selon les cas.

Pour de gros chantiers, mieux vaut cependant pour des raisons de sécurité, se former à l’abattage et à l’exploitation via les organismes spécialisés (MSA, ONF, Syndicats d’exploitants, groupements forestiers…). Les forêts domaniales et communales proposent aussi parfois des contrats d’exploitation à leurs administrés.

 

Recouper, fendre et faire sécher son bois

 

Vous pouvez vous faire livrer du bois « vert » et en grande dimension pour un prix bien plus faible. Vous aurez ensuite à le tronçonner à la bonne dimension et à le faire sécher. Fendez les buches les plus grosses, elles sècheront bien plus vite ! Fendre le bois en vert est plus facile. Un séchage à l’air même en plein vent est idéal pour la première année. Abritez –le la deuxième année pour qu’il soit sec la troisième année au moment où vous le brûlez.

 

Bien planifié et organisé, votre chauffage au bois peut considérablement réduire votre facture tout en préservant la planète : que du bonus !

Produits cités dans cet article
SPR 255 (10)
Tronçonneuse thermique
0,00 €
SP 466 (18)
Tronçonneuse thermique
349,00 €
SP 526 (20)
Tronçonneuse thermique
399,00 €
SE 2216 Q (16)
Tronçonneuse électrique
139,00 €
Articles connexes sur Tendances et conseils
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Mai

Comme chaque mois, découvrez tous les conseils de notre journaliste spécialiste des jardins, Patrick Mioulane, pour vous occuper de votre pelouse. Il vous explique tout ce qu’il faut faire au mois de mai.

EN SAVOIR PLUS
Tout ce qu’il faut savoir pour réaliser une belle pelouse

Si les jardiniers français semblent par tradition fâchés avec leurs pelouses, c’est qu’ils la considérent comme de « l’herbe ». Nos amis d’outre-Manche, qui nous font pâlir de jalousie avec leurs moquettes végétales, ont depuis longtemps compris qu’une pelouse était une culture à part entière… Alors suivez nos conseils et vous allez réussir une pelouse que l’on vous enviera.

Deux périodes de l’année sont propices à la création ou à la rénovation de la pelouse : le printemps en avril-mai et de la fin de l’été au début de l’automne (du 15 septembre au 15 octobre environ). Bien réalisée et correctement entretenue, la pelouse va durer une bonne dizaine d’années.

EN SAVOIR PLUS
Twinclip de STIGA, l’allié des beaux jardins

Innovation majeure pour les tondeuses thermiques et les tondeuses à batterie, le brevet Twinclip se caractérise par un système de lame à double tranchant, permettant une tonte parfaite de la pelouse.

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Avril

Patrick Mioulane, notre journaliste spécialiste des jardins, vous a préparé un calendrier d’entretien du gazon tout au long de l’année. Découvrez dans cet article ses conseils pour entretenir votre pelouse en avril.

EN SAVOIR PLUS
Qu'est-ce que le gazon ?

Les définitions du mot « gazon » que l’on trouve dans les différents dictionnaire évoluent entre : « motte de terre garnie d’herbe », « herbe courte et menue », « herbe maintenue dense et rase », « végétation herbacée couvrant le sol »,  « herbe dense, courte et fine ». On se retrouve ici dans une vision assez proche de celle de ce proverbe bien français : « Qu’importe le gazon du moment qu’on ait la verdure ! » et de la confusion courante entre le gazon et la pelouse, les deux mots étant souvent considérés comme des synonymes.

Mais pour le jardinier, la définition la plus exacte du gazon serait celle donnée par Wikipédia : « surface semée densément d'herbes fines sélectionnées, essentiellement des graminées » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Gazon)

En fait, dans sa réalité technique, le gazon consiste en un mélange d'espèces et de variétés de graminées soigneusement sélectionnées qui, après avoir été semées, forment une pelouse. Même si la texture du gazon est herbacée (souple, tendre), ce n’est en rien « de l’herbe » (« petite plante qui pousse naturellement partout quand les conditions lui sont favorables » selon la définition du Larousse) ou bien alors de l’herbe d’une très grande sophistication. Car il faut bien être conscient d’une chose : le gazon ça se cultive ! C’est même, dans certains cas, l’une des cultures les plus complexes qui soient (par exemple les gazons utilisés pour les terrains de sport).

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Mars

Patrick Mioulane, notre journaliste spécialiste des jardins, vous livre son calendrier d’entretien annuel du gazon. Chaque mois, retrouvez ses précieux conseils pour vous occuper de votre pelouse.

EN SAVOIR PLUS
Les batteries au service de l’entretien extérieur

Depuis quelques années, nous assistons à un développement rapide des outils de jardin à batterie en raison des nombreux avantages qu’ils présentent. Silencieux, écologiques, pratiques et maniables, ils s’adaptent à tous les travaux du jardin.

EN SAVOIR PLUS
Les 3 nouvelles gammes de STIGA

L’objectif principal de STIGA est de faire de chaque jardin un endroit sain et convivial. Pour cela, la marque dévoile en 2021 plus de 50 nouveaux produits à batterie s’articulant autour de 3 univers : Essential, pour les jardiniers occasionnels, Experience, pour les jardiniers passionnés et Expert, pour les jardiniers avertis.
On vous explique.

EN SAVOIR PLUS
Share on Facebook Share on Linkedin