Magazine

Le compost en 5 questions

Le compost est le résultat de l’activité de compostage. Un geste simple, écologique, économique et accessible à tous qui consiste à reproduire un processus naturel et vertueux : transformer les déchets organiques de votre jardin en engrais naturel. Pour un bon compost, nous vous proposons quelques conseils.

Quels sont les avantages du compost ?

Le compost, est en réalité un super-engrais : on parle d’amendement. Il présente les qualités nutritives d’un engrais mais va bien au-delà ce qui lui confère de nombreux avantages :

  • il est écologique et permet de réduire d’environ 20 à 30 % la quantité de déchets ménagers,
  • il participe ainsi à la sauvegarde de l’environnement,
  • il est économique et permet de produire un engrais gratuit et naturel,
  • il améliore la structure du sol et favorise sa fertilité de manière durable,
  • il offre un effet « éponge » au sol pour assurer une meilleure hygrométrie.

 

Quel est le processus de compostage ?

Prenez un bac de compost, mettez-y des matières organiques, de l’eau et de l’air. Laissez fermenter par l’action de dizaines de micro-organismes (bactéries et champignons) et des tas d’insectes (vers, coléoptères, pince oreille, cloporte…) et vous obtiendrez un beau compost !

De façon plus technique, le compost s’obtient par la succession de 4 phases.

 

Phase 1 : la phase mésophile

Les bactéries et les champignons procèdent à la décomposition des composés simples tels que sucres, lipides, protéines et amidon. Le cœur du compost peut atteindre jusqu’à 35 degrés et la multiplication des bactéries entraîne une forte consommation d’oxygène. 

 

Phase 2 : la phase thermophile

Les micro-organismes thermophiles procèdent à la décomposition des longues chaînes carbonées et à l’épuisement des composés simples. La décomposition est rapide et les éventuelles maladies ou graines présentes sont anéantie en raison de la température : entre 50 et 70 degrés au cœur du compost.

La quantité de matière initiale aura diminué d’environ 50 % à la fin de cette phase que ce soit en raison de la décomposition elle-même ou du dégagement de vapeur d’eau et de CO2.

Le résultat est un compost dit « brut ».

 

Phase 3 : le refroidissement

Lorsque l’activité des bactéries diminue, la température du compost redescend à 40 degrés et permet le retour des champignons et l’arrivée des lombrics, cloportes et vers. Pendant environ 1 mois, ils ont pour mission de démarrer la transformation du compost en humus par la dégradation de la cellulose, de l’hémicellulose et de la lignine.

 

Phase 4 : la maturation

Lors de cette étape, la plus longue des 4, le compost finit d’être décomposé et est transformé en humus par la macro-faune (lombrics, cloportes et vers cités dans la phase 3). La température va passer doucement de 30 degrés à la température ambiante.

Cette matière totalement stabilisée est alors utilisable dans le jardin. La boucle est bouclée.

 

Comment bien alimenter son compost ?

La qualité du compost dépend de ce que vous y déposer.

Gazon coupé, haies taillées, broussailles… vous entretenez votre jardin et vous vous retrouvez régulièrement avec des montagnes de déchets organiques. Le compost en est friand.

Les déchets du jardin représentent la part essentielle des composts d’extérieurs. Gazon tondu, fleurs fanées, feuilles mortes (sans maladie), sciure de bois, petits morceaux de branchages… y trouveront leur place. 

Pour varier la composition, vous pouvez y déposer des déchets de la cuisine : épluchures de fruits et légumes, fruits et légumes abîmés, sachets de thé (sans agrafe), marc de café, coquilles d’œufs, restes alimentaires sans viande ni poisson.

En certains déchets de la maison peuvent également trouver leur place dans le compost : cendres, bouquets fanés, mouchoirs en papier, ongles coupés…

 

Quels sont les bons gestes à adopter ?

Au-delà de sa composition, la qualité du compost nécessite aussi de respecter quelques règles et d’acquérir les bons gestes :

  • varier les couches de déchets organiques : mélanger une à deux parts de déchets verts, mous et humides pour une part déchets bruns, durs et secs 
  • mélanger la nouvelle couche de compost avec la couche précédente pour l’aérer et homogénéiser le résultat final
  • veiller aux taux d’humidité du compost et l’arroser au besoin

 

A quel moment récolter son compost ?

Quand le compost est totalement décomposé et riche en humus, on dit qu’il est mûr. Le processus complet dure en moyenne 3 à 5 mois

3 indicateurs vous permettent de savoir si votre compost est déjà prêt à être récolté :

  • la couleur : lorsque le compost est mûr, il présente une couleur brune ou noire
  • l’odeur : le compost mûr dégage une odeur de sous-bois, comme en forêt
  • l’apparence : aucun élément ne doit plus être identifiable et le compost doit ressembler à du terreau

Si votre compost réunit ces 3 caractéristiques, vous pouvez démarrer la récolte en commençant par le bas et l’utiliser à votre guise. 

 

Si notre article sur le compostage ne vous a pas convaincu, vous pouvez toujours amener vos déchets verts en déchèterie.

Chez STIGA, les gens travaillent avec passion pour tout ce qui se passe au sein et autour de votre jardin.

keyboard_arrow_right En savoir plus

Produits cités dans cet article

Accessoires

Articles similaires