Magazine

Enrichir le sol du potager en hiver

Si vous vous êtes déjà posé la question de quoi faire de votre potager en hiver, cet article est fait pour vous. La première réponse est : ne le laissez surtout pas nu.

Quand la terre est nue, elle risque d’être fragilisée durant l’hiver par le gel, l’érosion due au vent mais aussi le ruissellement de la pluie. On parle de lessivage qui entraîne les éléments nutritifs du sol et la bonne terre en dehors des parcelles inoccupées. En conséquence, la terre devient dure à travailler au printemps. En l’enrichissant, la couche superficielle reste riche en humus et en minéraux. La terre étant constituée de nombreux micro-organismes, qui interviennent dans l’équilibre écologique du sol, offre alors à ces derniers un l’abri et de la nourriture pendant l’hiver. 

Mais alors, comment et avec quoi enrichir le sol du potager en hiver ?

Les cendres

Les cendres représentent un bon amendement pour enrichir la terre du potager. L’épandage de la cendre apporte à la terre de la potasse, un élément essentiel pour assurer un bon développement des plantations au printemps. La dose recommandée est de 70 g par m2 et par an. 

L'engrais vert

L’engrais vert (trèfle, phacélie, sarrasin, vesce, seigle, moutarde blanche) va « travailler » gratuitement la terre à votre place pendant l’hiver en vous offrant au printemps une terre riche et décompactée. 

Semer des graines à l’automne après avoir débarrassé le sol du potager de toutes ces cultures. Laisser faire la nature : l’engrais vert va pousser tout seul et relativement rapidement pour couvrir toute la surface de la parcelle. Après l’apparition des premières fleurs mais avant l’apparition des graines, couper les pousses à ras et laisser encore faire la nature. Les plants vont se décomposer tout seuls. 

L’engrais vert présente plusieurs avantages :

  • Il participe à la fertilisation de la terre en captant et stockant les molécules d’azote présentes naturellement dans le sol et dans l’air ambiant. 
  • Il étouffe les mauvaises herbes présentes et limite leur apparition. 
  • Au moment de la floraison, il attire les insectes pollinisateurs.
  • Au moment de la décomposition, il enrichit le sol en humus.

Le paillage

On peut distinguer deux types de paillages. 

Les parcelles sur lesquelles ont poussé des cultures peu gourmandes, généralement les légumes racines (carottes, radis, topinambour, céleris), demandent moins d’entretien. Un paillage simple réalisé à partir de feuilles mortes sera suffisant. 

En revanche, les parcelles sur lesquelles ont poussé des cultures gourmandes (courges, choux, pommes de terre, poireaux, tomates) nécessitent un paillage renforcé. Etalée sur une couche de 5 à 10 cm sur le potager, une première couche de paillage est composée de compost ou d’un mélange de déchets végétaux (feuilles de choux et fanes) pour nourrir le sol. Une seconde couche est composée de feuilles mortes. Sous ce paillage, la faune est à l’abri du froid, le sol à l’abris du lessivage et l’air circule facilement. Compte tenu de sa décomposition lente, vous êtes assuré d’avoir un bon paillage pendant tout l’hiver.

Chez STIGA, les gens travaillent avec passion pour tout ce qui se passe au sein et autour de votre jardin.

keyboard_arrow_right En savoir plus

Produits cités dans cet article

Accessoires

Articles similaires