Protéger ses fleurs, plantes et arbustes en hiver

Bien que les hivers soient plus ou moins rigoureux en fonction des régions de France, certaines fleurs, plantes et arbustes se retrouvent démunis pour affronter le froid, le vent et l’humidité. Qu’ils soient en pot, en terre ou en serre, à nous de les protéger pour leur faire passer un bon hiver et les retrouver vigoureux au retour des beaux jours.

Pourquoi protéger les plantes ?

Certaines plantes ne sont simplement pas faites pour supporter des températures hivernales. Mais au-delà du froid, c’est aussi l’humidité et le vent qui peuvent leur être fatals. Il n’existe pas de règle universelle applicable à toutes les fleurs, plantes et arbustes ni même de règle applicable à toutes les régions. Les régions du Sud seront moins confrontées au froid que les régions du Nord. Nous avons listé une série de conseils répartis selon le type de plantation : en pot, en terre ou en serre.

Préparer les plantes en pot à l'hiver

Les plantes en pot sont particulièrement vulnérables. Leurs racines présentent un risque de gel beaucoup plus rapide que les plantes en terre.
Il faut toutefois distinguer les plantes tropicales et les plantes fragiles, des autres plantes. 

Hibiscus et orchidées sont des exemples de plantes tropicales. Elles sont particulièrement fragiles dès que les températures atteignent 10°, généralement entre septembre et octobre. C’est à cette période que ces plantes doivent rentrer dans les maisons. 

Les autres espèces les plus fragiles en pot, autrement dit les plantes méditerranéennes telles que le laurier-rose, le mimosa, l’olivier, les agrumes, les bougainvilliers, sont également rentrés à l’abris du froid. Ils trouveront leur place dans la serre, l’abris de jardin, le garage ou la cave à condition d’avoir une source de lumière. 

Pour les plantes en pot qui restent dehors et peuvent être déplacées :

  • vider les soucoupes de l’eau stagnante
  • isoler les pots du sol à l’aide de cales en bois ou de briques
  • déplacer les pots devant un mur exposé, si possible, au Nord, là où l’amplitude thermique évolue peu au fil de la journée, et qui servira de coupe-vent - couvrir ces plantes d’une voile d’hivernage en une ou deux épaisseurs. 

Autres trucs pour les plantes qui restent en extérieur : 

  • doubler le pot des plantes et ajouter une couche d’isolation (paille, papier journal) 
    entre les deux pots 
  • recouvrir le pot d’un tissus qui descend jusqu’au sol pour créer un matelas d’air sous 
    le pot 
  • isoler l’intérieur du pot avec du polystyrène avant toute plantation

Préparer les plantes persistantes, les arbustes et massifs en terre à l’hiver

Si l’églantier, le lilas, le noisetier, le sureau ou le forsythia résistent parfaitement au froid hivernal, de nombreux arbustes, massifs et plantes en pleine terre, nécessitent d’être protégés. La protection pour la mise en hivernage porte autant sur les racines que sur le feuillage. 

La toile d’hivernage 

La toile d’hivernage est composée de fibres textiles. Elle constitue la technique de protection la plus répandue. Coupe-vent mais perméable à la pluie, elle protège le feuillage des plantes entre novembre et avril, au moment où les températures sont les plus basses. Elle permet ainsi de maintenir une différence de température ressentie de l’ordre de 2 à 3 degrés. Il faut toutefois penser à ouvrir de temps en temps la toile pour donner un bol d’air frais aux plantes qui en sont recouvertes. 

Le paillis 

D’une manière générale, le paillis concerne : les derniers légumes du potager, les arbres fruitiers, les haies (aubépine, noisetier, sureau, lilas...), les plantes de massif (bambous, buis, dahlias, jacinthe, laurier...), et même les végétaux en pot et jardinière.

Le paillis est unn mélange de matières (feuilles mortes, gazon, fougères, paille, carton) étalé au sol au pied des plantes sur une épaisseur de 10 à 20 cm, et qui permet de protéger les racines du froid. 

Les plantes qui perdent leurs feuilles bénéficient d’un paillis naturel si les feuilles restent au sol.
Penser à remuer régulièrement le paillis pour éviter un taux d’humidité trop important. 

Un petit toit pour protéger les plantes grasses 

Un certain nombre de cactus et plantes grasses peuvent passer l’hiver dehors dans la mesure où elles entrent en dormance, une forme de survie pour elles. Un petit toit amovible les protégera d’une alimentation en eau trop importante et permettra de drainer le sol. 

Un paillasson pour protéger les troncs 

Pour les arbustes gélifs qui ne supportent pas les températures hivernales inférieures à 5 degrés, entourer le tronc avec un paillasson. Ce paillasson, relativement épais, peut être réalisé avec du roseau, du jonc tressé, de la paille. Quel que soit le matériau retenu, il suffit de l’enrouler autour du tronc et de le maintenir à l’aide d’une ficelle ou d’un fil de fer. 

Du papier journal pour protéger les bulbes

Pour faire passer un bon hiver aux bulbes, il convient de les déterrer et les laisser sécher. Aux premiers froids, ils sont emballés dans du papier journal et déposer à la cave. Le papier journal évitera aux bulbes de se dessécher, les protégera de la lumière et évitera qu’ils n’entrent en végétation.

Bien gérer sa serre en hiver

Disposer d’une serre dans son jardin présente un grand avantage : pouvoir mettre à l’abris ses plantes, fleurs et arbustes dans un environnement chauffé où la température est maîtrisée. 

Dès le mois de septembre et jusqu’en décembre, la serre doit être prête à accueillir les plantes en pots en fonction de leur fragilité. 

Pour assurer l’efficacité d’une serre dans l’hivernage des plantes, nous vous proposons encore une série de conseils : 

Pour faire passer un bon hiver aux bulbes, il convient de les déterrer et les laisser sécher. Aux premiers froids, ils sont emballés dans du papier journal et déposer à la cave. Le papier journal évitera aux bulbes de se dessécher, les protégera de la lumière et évitera qu’ils n’entrent en végétation. 

  • installer un chauffage électrique soufflant et équipé d’un thermostat pour assurer une température ambiante stable 
  • si les vitres ne sont pas en double vitrages, les isoler à l’aide d’un plastique à bulles scotché avec du double face sur la face intérieure en apportant un soin particulier aux jonctions 
  • éviter la déperdition de chaleur en plaçant des planches de bois ou de polystyrène au pied des murs en verre. 
  • renouveler régulièrement l’air à l’intérieur de la serre en l’aérant quotidiennement. 
    Avec cette série de conseils, vos plantes, fleurs et arbustes seront bien protégés des risques de l’hiver. 
Articles connexes sur Tendances et conseils
Twinclip de STIGA, l’allié des beaux jardins

Innovation majeure pour les tondeuses thermiques et les tondeuses à batterie, le brevet Twinclip se caractérise par un système de lame à double tranchant, permettant une tonte parfaite de la pelouse.

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Avril

Patrick Mioulane, notre journaliste spécialiste des jardins, vous a préparé un calendrier d’entretien du gazon tout au long de l’année. Découvrez dans cet article ses conseils pour entretenir votre pelouse en avril.

EN SAVOIR PLUS
Qu'est-ce que le gazon ?

Les définitions du mot « gazon » que l’on trouve dans les différents dictionnaire évoluent entre : « motte de terre garnie d’herbe », « herbe courte et menue », « herbe maintenue dense et rase », « végétation herbacée couvrant le sol »,  « herbe dense, courte et fine ». On se retrouve ici dans une vision assez proche de celle de ce proverbe bien français : « Qu’importe le gazon du moment qu’on ait la verdure ! » et de la confusion courante entre le gazon et la pelouse, les deux mots étant souvent considérés comme des synonymes.

Mais pour le jardinier, la définition la plus exacte du gazon serait celle donnée par Wikipédia : « surface semée densément d'herbes fines sélectionnées, essentiellement des graminées » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Gazon)

En fait, dans sa réalité technique, le gazon consiste en un mélange d'espèces et de variétés de graminées soigneusement sélectionnées qui, après avoir été semées, forment une pelouse. Même si la texture du gazon est herbacée (souple, tendre), ce n’est en rien « de l’herbe » (« petite plante qui pousse naturellement partout quand les conditions lui sont favorables » selon la définition du Larousse) ou bien alors de l’herbe d’une très grande sophistication. Car il faut bien être conscient d’une chose : le gazon ça se cultive ! C’est même, dans certains cas, l’une des cultures les plus complexes qui soient (par exemple les gazons utilisés pour les terrains de sport).

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Mars

Patrick Mioulane, notre journaliste spécialiste des jardins, vous livre son calendrier d’entretien annuel du gazon. Chaque mois, retrouvez ses précieux conseils pour vous occuper de votre pelouse.

EN SAVOIR PLUS
Les batteries au service de l’entretien extérieur

Depuis quelques années, nous assistons à un développement rapide des outils de jardin à batterie en raison des nombreux avantages qu’ils présentent. Silencieux, écologiques, pratiques et maniables, ils s’adaptent à tous les travaux du jardin.

EN SAVOIR PLUS
Les 3 nouvelles gammes de STIGA

L’objectif principal de STIGA est de faire de chaque jardin un endroit sain et convivial. Pour cela, la marque dévoile en 2021 plus de 50 nouveaux produits à batterie s’articulant autour de 3 univers : Essential, pour les jardiniers occasionnels, Experience, pour les jardiniers passionnés et Expert, pour les jardiniers avertis.
On vous explique.

EN SAVOIR PLUS
Calendrier d’entretien annuel du gazon – Janvier/Février

Patrick Mioulane, notre journaliste spécialiste des jardins, vous livre son calendrier d’entretien annuel du gazon. Chaque mois, retrouvez ses précieux conseils pour vous occuper de votre pelouse.

EN SAVOIR PLUS
Comment choisir une motobineuse ?

Avant de planter votre pelouse, vos arbres et vos plantes, il est nécessaire de préparer votre terre. Laissez tomber bêche et binette, la motobineuse vous sera bien plus utile. Aérer, labourer ou retourner la terre sont des travaux fastidieux et potentiellement douloureux, d’où l’intérêt de privilégier un engin motorisé.
On vous explique comment choisir une motobineuse.

EN SAVOIR PLUS
Share on Facebook Share on Linkedin